Puissance du Nom de Jésus par Saint Bernard

Le nom de Jésus est lumière, mais aussi nourriture (...) Et il est encore remède.

L'un de nous est-il triste? Que le nom de Jésus lui vienne au coeur, et de là monte à ses lèvres. Et voilà déjà qu'en se levant, la lumière de ce nom dissipe les nuages et ramène le ciel à sa limpidité.
Ou bien quelqu'un est-il coupable d'une grave faute? Et désespéré, court-il à sa mort? Mais s'il invoque le nom de la vie, ne retrouvera-t-il pas aussitôt le souffle de la vie?

Devant ce nom sauveur, qui pourrait jamais se sentir dur de coeur, morne et engourdi, l'âme pleine de rancoeur ou amollie par le dégoût? La source de nos larmes s'est-elle desséchée? Qu'on invoque Jésus: ne jaillit-elle pas aussitôt,
plus abondante et plus paisible? 
Sommes-nous en danger, haletants et tremblants? Ce nom de puissance, une fois invoqué, ne ramène-t-il pas immédiatement la confiance en chassant la peur? Et si l'on est saisi par le feu et les assauts du doute,la certitude n'éclate-t-elle pas soudain, à l'invocation de ce nom glorieux? Pour celui qui perd confiance au sein de l'adversité, et déjà commence à perdre pied, le courage a-t-il jamais manqué,
s'il a prononcé ce nom protecteur?

Voilà les maladies et les faiblesses de l'âme; et voilà aussi leur remède. La preuve nous la trouvons dans cette parole de Dieu; "Invoque-moi au jour du malheur, je te délivrerai et tu me rendras gloire (Ps 49, 15). Rien de tel que cette invocation pour apaiser l'assaut de la colère, calmer l'enflure de l'orgueil, guérir la blessure de l'envie, contenir le flot de l'impureté, éteindre la flamme de la convoitise, maîtriser la soif de l'avarice, et repousser tout ce qui peut nous exciter pour notre honte.

Vraiment, quand je prononce le nom de Jésus je mets en face de moi un homme doux et humble de coeur, bienveillant, sobre, chaste, miséricordieux, rayonnant de toute droiture et de toute sainteté. Mais il est aussi lui-même Dieu tout-puissant. Par son exemple, il me guérit, et par son aide il refait mes forces.

Voilà tout ce qui doit résonner en moi dès que le nom de Jésus aura été prononcé.

In Cant.,S 15, 6

Source : "Invités aux noces", Extraits des Sermons sur le Cantique des Cantiques, Saint Bernard de Clairvaux, traduits et présentés par Pierre-Yves Emery, frère de Taizé, Desclée, p. 32-33.


Enregistrer un commentaire