Prière au Christ souffrant de saint Ephrem.

Je tombe à tes genoux, Seigneur, pour t'adorer.
Je te rends grâce, Dieu de bonté, je t'implore, ô Dieu de sainteté.
Devant toi, je fléchis les genoux.
Tu aimes les hommes, et je te glorifie, ô Christ, Fils unique et Seigneur de toutes choses, qui seul es sans péché:
Tu t'es livré, pour moi pécheur et indigne, à la mort, et à la mort de la croix.
De la sorte tu as délivré les âmes des entraves du mal. Que te rendrai-je, Seigneur, pour tant de bonté?
Gloire à toi, ô ami des hommes!
Gloire à toi, ô miséricordieux!
Gloire à toi, ô longanime!
Gloire à toi, qui absous les péchés!
Gloire à toi, qui es venu pour sauver nos âmes!
Gloire à toi, qui t'es fait chair dans le sein de la Vierge!
Gloire à toi, qui fus ligoté!
Gloire à toi, qui fus flagellé
Gloire à toi, qui fus bafoué!
Gloire à toi, qui fus cloué à la croix!
Gloire à toi, qui fus enseveli, et qui es ressuscité!
Gloire à toi, qui fus prêché aux hommes, et en toi ils ont cru!
Gloire à toi, qui es monté au ciel!
Gloire à toi, qui es assis à la droite du Père; tu reviendras avec la majesté du Père et les saints anges, pour juger, en cette heure effroyable et terrible, toutes les âmes qui ont méprisé ta sainte Passion. Les puissances du ciel seront ébranlées, tous les anges, les archanges, Chérubins et Séraphins apparaîtront avec crainte et tremblement devant ta gloire; les fondements de la terre chancelleront et tout ce qui respire frémira devant ta souveraine majesté.
En cette heure-là, que ta main m'abrite sous tes ailes, afin de sauver mon âme du feu terrible, des grincements de dents, des ténèbres extérieures et des larmes éternelles: que je puisse te glorifier en chantant:
Gloire à celui qui a daigné sauver le pécheur, dans sa miséricordieuse bonté.

Sermon sur les souffrances du Sauveur, 9. Traduction d'A. Hamman, parue dans Prières des premiers chrétiens, Paris, 1952, n° 269.


Enregistrer un commentaire