Hymne au Seigneur Rédempteur de saint Grégoire de Narek

A présent, pourrai-je encore voir réparée
L’arche brisée de mon corps,
Verrai-je radoubé, le navire broyé de mon âme,
Puis-je espérer voir rétablie
L’image à jamais détruite de ma nature?
Me verrai-je libéré, moi captif exilé?
Dans ta Miséricorde, verrai-je ta Majesté
Et ta Splendeur intimes se révéler à moi,
Verrai-je jamais la face de mon âme si triste
Retrouver le sourire?
Vase brisé en mille morceaux, me verrai-je réparé?
Mon jour d’angoisse débouchera-t-il
Sur le beau lever de ton gracieux pardon?
Aurai-je part au festin sous la tente de lumière?
Pour moi, grandi dans les ténèbres et l’obscurité,
Y aura-t-il une aurore?
Souffrant du gel perpétuel,
Me verrai-je approcher de la saison printanière?
Mais si la lumière de ta Miséricorde se montre,
Si le rayonnement de ta gloire s’irradie,
Si les soins de ta main se manifestent,
Si l’éclat de ton soleil vivifiant se propage,
Si la fontaine de ton Côté, ô Créateur, coule,
Si le jaillissement de ton amour s’épanche,
Si l’arbre de tes dons fleurit,
Je me confierai en ton Saint-Esprit,
Lui qui est adoré en même temps que ton Père,
Et glorifié par de douces voix
Avec toi dans la Lumière inaccessible...
De Lui je recevrai la Vie et la Béatitude...
Oui, à l’égard de tous, pour tout, en tout,
Tu en es capable ô Compatissant,
Toi qui par ta douceur es couronné, béni et qui règnes!



Enregistrer un commentaire